Le tremblement de terre qui a eu lieu au large des côtes nord-est du Japon le 11 mars 2011 et la dévastation causée par le tsunami qui a fait suite au séisme soulèveront à n’en pas douter d’innombrables questions de nature juridique. Il faudra entre autres définir le processus aux termes duquel on répartira les coûts énormes qu’il faudra engager pour régler le problème de la contamination de l’environnement. L’ampleur du désastre est certes rare, mais il s’agit d’une mise en garde contre les des divers risques et obligations qui peuvent voir le jour dans le cours normal des affaires.(...)

type Rapport Asie-Pacifique - printemps 2011