Jusqu’au 31 octobre 2006, les fiducies de revenu représentaient, de loin, le secteur des valeurs mobilières canadiennes cotées affichant la plus forte croissance. Ce jour-là, le gouvernement fédéral a annoncé que la faculté dont jouissait les fiducies de revenu cotées existantes de déduire les distributions faites à leurs porteurs de parts dans le calcul de leur revenu imposable s’éteindrait le 31 décembre 2010. (...)

type Fiducies de revenus non cotées