Les émeutes qui viennent d’avoir lieu à Vancouver – et le licenciement qui en découle pour des employés de diverses entreprises – démontrent que, en raison de la popularité des médias sociaux, les attentes en matière de protection de la vie privée sont quasiment réduites à néant; en fait, l’information en direct peut proliférer en étant copiée et affichée sans cesse.

« À mon avis, c’est un moment décisif – les employeurs ne verront plus les médias sociaux du même œil », d’affirmer Peter Eastwood, associé au bureau de Vancouver de Borden Ladner Gervais S.E.N.C.R.L., S.R.L. (BLG). « C’est là un outil extrêmement puissant qui peut avoir des incidences énormes et des suites immédiates pour une entreprise. »

Confrontés à cette information en ligne, les employeurs ont une décision difficile à prendre quant aux mesures à imposer à un employé qui a peut-être fait preuve d’un manque de jugement en participant à des activités illégales. Cependant, il est essentiel de bien étudier les images ou les déclarations pour s’assurer qu’elles ne sont pas trompeuses.

« Les employeurs doivent être prudents en recueillant l’information et en enquêtant sur ce qui s’est passé; en particulier, avant de passer à l’action, il leur faut s’entretenir avec les intéressés en écoutant leur point de vue », de conseiller Me Eastwood.