Étant donné les progrès de la technologie, il est de plus en plus facile de commettre une fraude de nature commerciale. L'an dernier, dans le cadre d'un sondage réalisé par PricewaterhouseCoopers, 56 pour cent des sociétés qui avaient participé au sondage déclaraient avoir été victimes d'un crime économique au cours des 12 mois précédents, par rapport à 46 pour cent, en 2003.

Il y a toutefois des mesures qui permettent de limiter le nombre de cas de fraude et d'en atténuer les répercussions. Mathieu Piché-Messier, associé au bureau de Montréal de Borden Ladner Gervais S.E.N.C.R.L., S.R.L., déclare qu'il faut agir sans tarder une fois qu'on a découvert une activité frauduleuse.

« Il faut agir immédiatement dès qu'on sait qu'il y a fraude. C'est absolument essentiel », ajoute-t-il.