Face à la surabondance des règlements sur les gaz à effet de serre, qui peuvent même se contredire les uns les autres, les entreprises canadiennes sont acculées à une grande incertitude – « Il s’agit d’une réglementation débridée (a regulatory Wild West) », déclare Adam Chamberlain, un associé du bureau de Toronto de Borden Ladner Gervais S.E.N.C.R.L., S.R.L. qui est à la tête du groupe national Changement climatique du cabinet.

Le gouvernement fédéral a fait connaÎtre ses plans visant à réglementer les émissions de dioxyde de carbone en fonction de la réduction de l’intensité des émissions ce qui, de concert avec un certain nombre d’initiatives provinciales et régionales qui ont été créées récemment, soulève un grand nombre de questions. Les entreprises, selon Me Chamberlain, « sont confrontées à toutes ces réglementations, entendent les propos de la gent politique et se demandent comment réagir. Même lors de la signature du Protocole de Kyoto, les gens se demandaient quel était le sens du Protocole. À l’époque, on se disait tout simplement qu’il concernait l’avenir. La différence, c’est que maintenant nous croyons trouver des réponses à ces questions dans les années qui viennent. »