La personne qui est chargée de gérer les affaires d’une autre peut sous-estimer ses responsabilités; en fait, la personne qui se voit remettre une procuration peut devoir faire face à des questions extrêmement complexes, déclare Pamela Cross, associée au bureau d’Ottawa de Borden Ladner Gervais S.E.N.C.R.L., S.R.L. et chef régional du groupe Droit fiscal du cabinet.

« Au fil des ans, on n’accorde pas beaucoup d’attention à ce que les mandataires accomplissent pour le compte des mandants. Puis, tout à coup, la personne meurt et les bénéficiaires se demandent oÙ l’argent a-t-il bien pu passer? C’est à ce moment-là que certaines questions sont soulevées », déclare-t-elle.

Ce qui est particulièrement difficile, ajoute Me Cross, c’est le fait qu’il faut équilibrer les besoins de la personne incapable avec les souhaits qui sont exprimés dans son testament. Le mandataire se doit de défendre les intérêts du mandant. Mais il faut aussi tenir compte des clauses du testament de tante Charlotte, ce qui peut être assez difficile à réaliser. Si vous allez prendre des mesures qui peuvent contrecarrer la teneur de ces clauses, vous devez savoir que vos décisions peuvent être mises en question par le bénéficiaire qui est déshérité par suite de ces décisions. »