Les bottes pour femmes importées de Chine étaient assujetties à des droits antidumping depuis le 3 mai 1990. Les conclusions initiales avaient été renouvelées à intervalles de cinq ans, soit en 1995 et en 2000. Les droits compensateurs imposés sur les bottes pour dames ont fluctué au fil des ans, mais étaient généralement de 29 pour cent jusqu'au 31 janvier 2005, date à laquelle l'ASFC les a haussés à 72,1 pour cent. Le 18 août 2004, le TCCE a entrepris un réexamen relatif à l'expiration pour déterminer si les conclusions (et les droits antidumping de 72,1 pour cent) devaient être renouvelées pour une autre période de cinq ans. L'ASFC avait déjà déterminé que l'expiration des conclusions causerait vraisemblablement la poursuite du dumping; le TCCE effectua alors une enquête pour déterminer si la poursuite probable du dumping causerait vraisemblablement un dommage aux producteurs canadiens à l'expiration des conclusions. Cinq producteurs canadiens de bottes pour femmes appuyaient le maintien des conclusions et de l'application des droits. Une coalition d'importateurs de chaussures et le groupe Aldo ont appuyé l'annulation des conclusions, tandis que plusieurs autres importateurs ont demandé des exclusions de produit. Le 29 avril 2005, le TCCE décréta que les conclusions devaient être révoquées. Il s'agit donc de la première occurrence de révocation complète de conclusions concernant des chaussures en 15 ans. Les autres conclusions concernant les chaussures étanches en caoutchouc, les chaussures étanches et les chaussures de sécurité en cuir demeurent en vigueur. Gerry Stobo, Dina Logan et Jack Hughes de Borden Ladner Gervais s.r.l. ont représenté New Balance Canada Inc.